La technique du fusing

Qu’est-ce que le fusing ou verre fusionné ?

Le fusing est une technique de verrerie extrêmement ancienne, utilisée il y a plus de 3 500 ans. Connue des Égyptiens, elle est même antérieure au soufflage de verre. Mais les techniques modernes de la fusion du verre se sont développées à partir des années 80.

  

Leurs applications sont nombreuses : architecture, décoration d’intérieur, sculpture, lampes, artisanat, etc. De l’anglais to fuse (fusion), cette méthode permet aux verriers de fondre à haute température plusieurs morceaux de verre superposés. Les verres utilisés doivent impérativement avoir le même coefficient de dilatation thermique (COE), car les verres ne peuvent fusionner entre eux que s'ils ont le même point de fusion.

 

Différentes couches de verre sont d’abord superposées à froid, puis chauffées à une température d’env. 850° dans un four spécialement conçu à cet effet. Après une cuisson d’une dizaine d’heures, les différentes couches de verre forment un ensemble homogène après fusionné entre elles. Le temps de cuisson suit une courbe et des paliers bien spécifiques, qu’il faut impérativement respecter afin d’éviter la dévitrification ou les chocs thermiques susceptibles d’endommager la pièce.

 

Je n’utilise pour ma part que du verre Bullseye, fabriqué aux Etats-Unis. C’est un verre teinté dans la masse de très grande qualité, qui possède un COE de 90. Il est également utilisé à froid pas des vitraillistes ou des mosaïstes. J'utilise du verre teinté dans la masse transparent ou opaque, sous forme de plaque ou de poudre. Dans ce cas, la poudre me permet de colorer du verre totalement transparent. Elle est absorbée à l’intérieur du verre pendant la cuisson et lui donne la teinte souhaitée.

 


Qu’est-ce que le thermoformage ?

Après la première cuisson, la pièce peut être thermoformée. Ce procédé est utilisé pour donner une forme ou un relief à une pièce de verre fusionnée.

 

Lors de ce processus, la pièce est posée sur un moule réfractaire acheté ou fabriqué, puis à nouveau placée dans le four.

 

 

Au cours de cette deuxième cuisson, le verre épouse la forme et la texture du moule sous l’effet de la chaleur.  La cuisson varie en fonction du résultat escompté et suit un long temps de recuisson, puis de refroidissement.